Observer les baleines au Saguenay

Fin août, début septembre est la haute saison des baleines dans la région du Saguenay, et plus précisément aux alentours de Tadoussac.
Si comme moi, vous êtes un(e) amoureux(se) de la nature et n’aimez pas forcément les endroits touristiques, j’ai de quoi vous rendre heureux.

Au lieu de vous conseiller d’aller à Tadoussac et de faire un tour en zodiac ou sur un gros bateau de croisière, je vais vous dire de faire quelque 30km de plus et d’aller jusqu’aux Grandes Bergeronnes. Directement dans la cuisine des cétacés que vous êtes venus admirer.

Là, vous aurez plusieurs options de camping; sauvage ou aménagé selon vos envies, mais… avec une vue imprenable sur le Saint-Laurent, et sa faune marine.
Pour vous donner le plus bel exemple qui soit, nous avons planté, je devrais plutôt dire attaché, notre tente au Camping Mer et Monde, juste au bord de l’eau. Attaché, parce que nous étions sur une plateforme en bois, installée sur les rochers, avec l’eau à quelques mètres de nous.
Une fois la tente lestée avec des rochers puis attachée et remplie d’affaires, vous pourrez vous installer sur les rochers et admirer la vue. Même sans les baleines, cet endroit est magnifique, mais si vous rajoutez les expirations des rorquals et des marsouins qui viennent se nourrir, les ailerons qui sortent de l’eau à quelques mètres de vous, vous faites de cet endroit un lieu idyllique. Nous avons adoré nous endormir et nous réveiller avec le soleil au son de ces géants marins.

Si vous voulez pousser l’expérience encore plus loin et les voir de plus près, le camping vous permet de passer une journée ou une demi-journée en kayak avec un guide. Nous avons pris la demi-journée, et sommes parties à la sortie de 16h, dans l’espoir de pagayer au milieu de ces mammifères géants.

L’équipe de Kayak vous accueille avec le sourire et la passion de la nature, et surtout le respect de la faune du Saint-Laurent. Une heure de brief sur le Saint Laurent et ses baleines, puis sur comment faire du kayak de manière sécuritaire et sans gêner les baleines, puis, un wet suit et un kayak double plus tard, nous sommes parties. Je pense que je n’oublierai jamais cette expérience.

Tout d’abord, le temps était exceptionnel, pas un souffle de vent, pas une vague et le ciel tombant de fin de journée; rien que le silence du milieu de l’eau était magnifique. Je me suis émerveillée des petits marsouins qui tournaient juste devant nous, avec leur petit souffle à peine audible. Puis je suis restée bouche bée, photo à l’appui, lorsque des rorquals se sont manifestés à quelques mètres, trois rorquals communs qui s’entraidaient pour concentrer le krill puis se nourrir passaient entre nos kayaks et tournaient autour de nous.

 

Pour être franche, on a peu pagayé, car dès qu’une baleine est en vue, il faut arrêter de pagayer et ne pas se diriger vers elle. La réglementation impose 200m de distance entre une embarcation et une baleine, 400m concernant les bélugas et les baleines bleues, car ce sont des espèces en voie de disparition.

Nous avons donc plutôt dérivé en en prenant plein les yeux. Deux heures sont passées, bien plus vite que je ne l’aurais pensé. Mais fin août, sur un Saint-Laurent à 4 degrés, c’est suffisant. Nous sommes rentrés le cœur chaud, mais le reste du corps frigorifié! Je vous conseille de prendre des vêtements de sports chauds (pas en coton) et de quoi vous changer après si vous êtes mouillés.

Si vous avez peur d’être sur l’eau, vous aurez une toute aussi belle expérience en restant au chaud devant votre feu, à écouter les souffle et voir les sauts plus ou moins lointains de ces grands mammifères marins.

Une expérience à ne pas manquer!

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 indispensables de camping qu’on oublie souvent

Pour faire suite à l’article 8 conseils de base pour partir en camping, voici les 5 items qu’on ne pense pas à prendre au premier voyage, mais qui s’avèrent des life savers deux fois plutôt qu’une!

7 trucs faciles pour réduire ses déchets

 720 kilos de déchets par années, c’est ce que produit en moyenne chaque habitant au Canada. Multipliez ça par le nombre d’habitants (presque 37 millions) et vous avez un chiffre avec beaucoup de zéros pour une année. 720 kilos par an, cela fait environ 2 kilos de déchets par jour, tous déchets confondus par habitant.
Et si on essayait tous de faire diminuer ce chiffre à notre niveau?
Avec ces 7 petits trucs à mettre en pratique pour réduire ses déchets vous verrez que ce n’est pas si difficile!